La grippe A et le virus H1N1 : mise au point et prévention

Publié le par Christophe ETIENNE

1) Grippe A et virus H1N1 : mise au point du Dr Zaffran (http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=971)
(très intéressant mais très "soft" par rapport à ce que je pense, surtout après la lecture du livre du journaliste Marc Menant "La médecine nous tue", qui n'épargne pas le principe même de la vaccination...

2) Remise en question de l'efficacité des vaccins par les médecins 

3) Prévention active : compléments et huiles essentielles

4) Que faire si vous êtes quand même vacciné ?


1) Mise au point par le Dr Zaffran : la grippe : ne vous laissez pas terroriser ! (quelques définitions et un point de vue iconoclaste)


On parle beaucoup de la grippe, et la plupart des informations données au public sous-entendent que tout le monde sait de quoi il s'agit, mais ce n'est pas toujours vrai.

Alors (pardon si j'enfonce des portes ouvertes, mais il vaut mieux ça que de croire qu'elles sont ouvertes alors qu'elles sont fermées) voici quelques définitions... et une opinion plutôt iconoclaste sur les mesures à prendre (vaccination, en particulier).


Qu'est-ce que la grippe ?

Une maladie virale qui atteint essentiellement les voies respiratoires (nez, gorge, trachée, bronches) et qui provoque le plus souvent une fièvre élevée, des courbatures, des maux de tête, une toux. Comme toutes les maladies virales, elle n'est pas sensible aux antibiotiques.


Comment attrape-t-on la grippe?

Au contact d'une personne qui tousse, crache ou éternue le virus. Il n'est pas nécessaire de la côtoyer de près, ça peut arriver dans la rue, le bus ou le métro. Une personne est contagieuse 7 jours. Il se passe de 1 à 4 jours entre le contact avec une personne infectée et le début de la maladie qui, le plus souvent, se termine en 5 à 7 jours.


Est-ce qu'on peut l'attraper dans une pièce où un grippé vient de passer ?

Oui, mais il faut vraiment qu'il soit passé là dans la journée. Le virus de la grippe, pour vivre, doit nécessairement infecter une cellule vivante. S'il ne le fait pas, après quelques heures, il meurt; il ne supporte pas bien la chaleur et se dessèche très vite; c'est pour ça qu'il survit mieux aux périodes froides qu'aux périodes chaudes; c'est pour cela aussi qu'une personne infectée par le virus de la grippe (ou par n'importe quel microbe) fabrique de la fièvre : la fièvre, c'est une réaction du malade visant à empêcher le microbe de se multiplier; parfois, ça marche si bien que la maladie dure seulement quelques heures; parfois, ça ne marche pas, car le virus s'est déjà multiplié dans l'organisme avant que l'hôte n'ait commencé à faire monter sa température.


Et les courbatures, et les maux de tête, ils sont dus à quoi?

À la fièvre, également : ce sont les contractions rapides et intenses de tous les muscles du corps qui font monter la température. Et des muscles qui se contractent en permanence, de manière intense et rapide, ça fait mal. Or, on a des muscles partout (y compris tout autour de la tête : c'est ce qui nous permet de la tenir droite).


Et la toux, d'où vient-elle?

La toux est la réaction de l'organisme à l'inflammation provoquée par le virus dans les tissus qui tapissent l'arbre respiratoire (nez, gorge, trachée, bronches). L'inflammation fait mal et provoque des sécrétions (mouchage, glaires) qui contiennent des globules blancs dont l'objectif est de tuer le virus. La toux et les éternuements sont destinés à « dégager » ces sécrétions.


Pourquoi la grippe est-elle dangereuse?

Le plus souvent, elle ne l'est pas. La grippe n'est qu'une des milliers de maladies respiratoires virales répertoriées ou non qui donnent de la fièvre et font tousser. C'est la plus connue parce qu'elle est très contagieuse et a provoqué des pandémies à plusieurs reprises. La plus grande pandémie connue, et la plus meurtrière, date de 1920. Qualifiée de « grippe espagnole » (ce qu'elle n'était pas du tout, car elle venait des États-Unis!), elle a tué, dit-on, plus de personnes que la Première Guerre mondiale.

Et cela, précisément parce qu'on sortait de la guerre et parce qu'à l'époque, d'autres maladies chroniques comme la tuberculose, mais aussi la malnutrition et les séquelles de guerre fragilisaient les populations; en 1920, il n'y avait ni antibiotiques pour lutter contre les pneumonies qui sont la complication la plus fréquente de la grippe, ni perfusions pour lutter contre la déshydratation, ni médicaments pour traiter le coeur, etc. Une personne fragile qui attrapait la grippe pouvait mourir de déshydratation à cause de la fièvre (les nourrissons, en particulier) ou de complication respiratoire (pneumonie) ou tout simplement parce que la grippe déséquilibrait une maladie préexistante (tuberculose, maladie cardiaque), lesquelles étaient TRÈS fréquentes, et pas du tout soignées. Ce n'était donc pas la grippe en elle-même qui était grave, c'était la grippe chez quelqu'un de fragile. C'est toujours le cas aujourd'hui, à ceci près que, dans les pays développés comme la France ou le Canada, la proportion de personnes fragiles est infinitésimale par rapport à ce qu'elle était à l'époque.

Chez les personnes fragiles des poumons, la grippe contribue aux infections plus graves (pneumonies à bactéries); chez les personnes fragiles du coeur, elle fatigue le coeur; chez les personnes âgées et les nourrissons, elle déshydrate (à cause de la fièvre), etc. Autrement dit, la grippe « déséquilibre » ceux dont la santé est déjà vacillante. Ce n'est pas la grippe qui tue, mais ses conséquences et ses complications.


Pourquoi la grippe fait-elle peur ?

À cause de cette grande pandémie de 1916-1920 et aussi du souvenir ancestral des épidémies – de peste, de choléra, de variole, etc. - qui ont fait des milliers de morts en Europe, puis en Amérique après avoir été importée par les Européens.


Qu'est-ce que le virus A/H1N1? Un nouveau virus de la grippe ?
 
Oui et non. Non, car il existe depuis longtemps; c'est un des deux virus de la grippe les plus répandus (l'autre, c'est le A/H3N2, qui est plus agressif). Oui, parce que tous les virus de la grippe « mutent » (ils s'adaptent et changent), et parce que la variante du H1N1 qui est apparue au Mexique est différente des autres.
 

Pourquoi dit-on qu'il s'agit d'une grippe « porcine » ?
Pour de mauvaises raisons. Les premiers cas ont été décrits dans une populaiton qui était au contact de grands élevages de porcs, mais on n'a jamais pu montrer que le virus venait du porc. D'ailleurs, l'Organisation mondiale de la Santé animale (OIE,

www.oie.int/fr/fr_index.htm ) a demandé qu'on ne parle plus de « grippe porcine ».

Et s'il est vrai que parfois les virus de la grippe peuvent passer de l'homme au porc et inversement, c'est toujours par voie aérienne (si le porc ou l'humain a la grippe!). On ne peut pas attraper un virus de la grippe (porcine ou humaine) en mangeant du porc. Seulement en fréquentant des porcs grippés... C'est donc peu fréquent...


Alors, d'où vient-il, ce virus ?

C'est un virus grippal humain, qui a muté; il est devenu un peu plus contagieux qu'il ne l'était avant. Il atteint plus facilement les adultes jeunes que les souches précédentes (c'est pourquoi l'épidémie a inquiété les autorités sanitaires, qui avaient plutôt l'habitude que ce soient les personnes de plus de 65 ans qui soient atteintes). Mais il n'est pas plus « mortel » (le nombre de décès à ce jour est similaire à ce qu'on observait les années précédentes), comme en témoigne le fait que l'épidémie dans l'hémisphère sud (où c'était l'hiver, favorable à la propagation de la grippe) n'a pas fait plus de victimes que les années précédentes.

On peut d'ailleurs consulter le site de l'OMS (Organisation mondiale de la Santé), qui explique tout ça très posément. http://www.who.int/fr/

Mais alors, pourquoi tout ce bruit dans les médias?

Parce que les épidémies antérieures de grippe restaient limitées par le fait qu'une partie de la population gardait une certaine immunité après les épidémies antérieures. Ce virus-ci, comme il a changé, risque de rendre malade un plus grand nombre de gens qu'auparavant – même parmi ceux qui sont en bonne santé et ont déjà eu la grippe par le passé.

Le virus A/H1N1 a déjà été répertorié et a provoqué des épidémies par le passé, en 1958 en particulier. Donc, les personnes qui l'ont déjà rencontré sont toutes nées avant 1958. Comme il ne s'est pas répandu beaucoup après, les personnes nées APRÈS 1958 sont donc, paradoxalement, plus exposées. C'est ce qui explique le fait que les jeunes soient plus susceptibles de l'attraper et que les femmes enceintes (qui le plus souvent ont moins de 50 ans) soient plus exposées qu'elles ne l'étaient aux épidémies antérieures. Mais les femmes enceintes sont plus exposées à la grippe de toute manière, car la grossesse diminue temporairement l'immunité (pour "accepter" le foetus, qui est un organisme étranger...). Ca ne veut pas dire que la grippe lié à A/H1N1 sera forcément plus grave chez les femmes enceintes, mais qu'elle sera peut-être plus fréquente qu'avec un autre virus grippal.


Cela dit, comme on l'a vu en Amérique Latine, l'épidémie n'a pas fait plus de morts que les années antérieures. Il n'y a donc pas de raison qu'elle en fasse plus dans les pays développés de l'hémisphère nord. Les virus mutent, mais les êtres humains s'adaptent, eux aussi, et rien ne dit qu'ils soient « plus fragiles » qu'avant. L'augmentation de l'espérance de vie, ainsi que la diminution nette d'un grand nombre d'infections dans la population, montre même le contraire. L'amélioration des conditions sanitaires et de l'alimentation ne « fait » pas seulement des personnes obèses, mais aussi des individus plus grands (regardez la taille moyenne des ados d'aujourdh'ui) et en meilleure forme physique que leurs parents ou leurs grands-parents (qui étaient contaminés par le bacille tuberculeux avant d'avoir atteint l'âge de 2 ans) ne l'étaient.


Est-ce que le Tamiflu et les médicaments antiviraux marchent vraiment ?

C'est ce qu'on dit... Par précaution, les gouvernements stockent ce médicament (son nom est oseltamivir; « Tamiflu », c'est le nom de marque) et d'autres antiviraux antigrippaux, mais leur utilité est discutable. Car, comme la grippe est une maladie qui guérit le plus souvent toute seule, et qui infecte différemment chaque personne, c'est très difficile à prouver. Il faut prendre les antiviraux dès les premiers symptômes; mais beaucoup de maladies commencent comme la grippe, et si les symptômes disparaissent ça ne veut pas dire que le médicament a marché, mais peut-être simplement que ça n'était pas la grippe... De plus, encore une fois, l'immense majorité des personnes qui auront la grippe vont guérir en 3 à 5 jours.


Si la grippe n'est pas dangereuse en soi, pourquoi (se) vaccine-t-on ?

On vaccine essentiellement :

1- pour protéger les plus fragiles (malades chroniques, en particulier);

2- pour limiter les épidémies (dans les crèches, les écoles) : quand une partie de la population est vaccinée, elle ne transmet pas le virus aux autres, elle sert de « barrière » au virus;

3- pour éviter que des personnes « clé » contaminent les autres (il est logique que les soignants ou les enseignants se vaccinent, pour continuer à assurer leur travail de service public et pour ne pas contaminer les personnes dont ils assurent le service);

4- pour diminuer l'impact économique de l'épidémie : plus il y a de personnes malades, plus ça perturbe la production économique. En période de crise, comme c'est le cas actuellement, les gouvernants sont très inquiets d'une épidémie de grippe plus importante que l'an dernier, et on peut le comprendre... Et ceux qui ont quelque chose à vendre pour calmer cette angoisse l'ont compris aussi.


Quelle est la différence entre une épidémie et une pandémie?

Une épidémie, c'est un grand nombre de personnes infectées en très peu de temps dans la même région ou dans le même pays, voire sur le même continent. Une pandémie (d'après la définition de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé) c'est une épidémie sur plus de deux continents à la fois. Autrement dit, une épidémie potentiellement mondiale. Une situation « endémique », c'est la présence en permanence de sujets infectés par une maladie dans une même région. Exemple : le paludisme est endémique dans de nombreuses régions d'Afrique, d'Amérique Latine et d'Asie du Sud-Est.


Pourquoi une pandémie de grippe est-elle considérée comme une situation grave?

Pour les pays développés, une pandémie a des conséquences graves pour les personnes les plus fragiles et pour l'économie. Tous les ans, la grippe provoque des décès, mais on n'en parle pas. Dans les pays développés, ces décès sont terribles au plan individuel, bien sûr, mais ils sont quantitativement peu nombreux (à titre de comparaison, en France, cet été, il y a eu plusieurs centaines de décès par noyade, dont on ne parle pas ou presque pas. Notez qu'il n'est pas toujours simple de dire si quelqu'un est vraiment mort d'une complication de la grippe : il faudrait rechercher le virus chez chaque personne (ce qui est très lourd) et prouver que c'est bien la grippe qui a provoqué le décès (ce qui nécessiterait une autopsie chaque fois, ce qui est encore plus lourd). En outre, il n'est pas sûr qu'on pourrait prévenir tous les décès dus à la grippe, de même qu'on ne peut pas prévenir tous les morts par accident de la route. On ne peut que s'efforcer d'en faire baisser le nombre un peu plus chaque année en améliorant la prévention.
Sur le plan économique, les pays concernés ont intérêt, bien sûr, à vacciner leur population pour éviter d'être paralysés par une épidémie (donc, pour que les gens continuent à bosser et à produire). L'un dans l'autre, on considère que le coût social de la vaccination est inférieur à ce que coûterait (directement et indirectement) une épidémie dans un pays développé sans vaccination. C'est ce qui justifie non seulement les campagnes de vaccination, mais aussi la prise en charge du vaccin par la collectivité pour les personnes âgées ou fragiles. Ça coûte moins cher de les protéger que de soigner leurs complications de la grippe (ou de les laisser mourir, bien sûr).

Pour les pays en développement, une pandémie peut être catastrophique, parce que l'état de santé des populations est bien moins bon que dans les pays du Nord, et l'activité économique encore plus fragile. Donc, à tous points de vue, ce sont les pays en développement les plus menacés, et ce sont eux qu'on devrait protéger en premier lieu.


Pour protéger une population d'une épidémie de grippe est-ce qu'il faut vacciner tout le monde?

Non, et heureusement, parce que ça n'est pas possible. On ne propose de vacciner TOUTE la population contre certaines maladies dans des cas très précis :


- parce que la maladie est presque toujours mortelle ou très grave, parce qu'il n'existe pas de traitement ou un traitement lourd et inconstamment efficace; par exemple, le tétanos, qui n'est pas contagieux, mais qui tue une fois sur deux la personne qui en est atteinte; la diphtérie, qui est fréquente chez les enfants, difficile à soigner et potentiellement mortelle; la poliomyélite, qui est très contagieuse, mortelle ou au moins invalidante et pour laquelle on n'a pas de traitement; la variole, pour laquelle on n'avait pas de traitement non plus (la vaccination de toute la population mondiale l'a fait disparaître);


- parce que la maladie est endémique, présente en permanence dans la population; c'était le cas de la tuberculose; c'est le cas de l'hépatite B en Afrique en particulier; c'est bien sûr le cas du HIV; quand il existera un vaccin fiable et sans danger contre le HIV, il sera parfaitement logique de proposer à tout le monde de se faire vacciner...

Hors de ces situations on ne vaccine pas tout le monde, même quand on dispose d'un vaccin. Ainsi, on ne vaccine contre la fièvre jaune ou le typhus que les personnes qui se rendent en région infestée par les vecteurs (moustiques, arthropodes) qui transmettent ces maladies.

S'agissant de la grippe, qui est une maladie épidémique, qui se répand vite en période froide (automne, hiver), mais beaucoup moins bien en période chaude (printemps, été), IL N'EST PAS POSSIBLE DE VACCINER LA POPULATION DE TOUT UN PAYS. On n'en a simplement pas le temps. La grippe va plus vite que les médecins ou les infirmières. Et d'ailleurs, ce n'est ni nécessaire, ni souhaitable.


Pourquoi n'est-ce pas nécessaire de vacciner tout le monde?

1- Parce que la grippe ne frappe pas tout le monde de la même manière : il y a des gens qui ne l'attrapent pas (ils tuent le virus avant qu'il ait eu le temps de se multiplier, notez que c'est vrai pour le HIV aussi : il y a ce qu'on appelle des « contrôleurs de virus », des patients naturellement immunisés); il y a des gens qui font une mini-grippe (un peu de fièvre, quelques courbatures un soir et le lendemain c'est fini); il y a des gens qui ne sont jamais en contact avec le virus (petites communautés isolées ou à l'écart, personnes vivant en milieu « fermé »); etc. Ainsi, certaines communautés du Canada ne sont pour ainsi dire jamais exposées à la grippe. Quand elles le sont, c'est parce que quelqu'un qui l'a « attrapée » ailleurs l'y a apportée.


2- Parce que si on vaccine de manière « ciblée » (les personnes à risque, les personnes « contact », par exemple) ça suffit à empêcher la propagation du virus. On considère ainsi que pour protéger au mieux la population d'un pays développé contre la grippe, il faut en priorité vacciner les personnes les plus menacées (enfants en bas âge, femmes enceintes, malades chroniques, personnes de plus de 65 ans), les personnels soignants (pour qu'ils s'occupent des malades et n'en contaminent pas d'autres), et les personnes qui travaillent dans les services publics (enseignants, conducteurs de bus, postiers, etc.)


Pourquoi n'est il pas souhaitable de vacciner tout le monde contre cette grippe?

D'habitude, les fabricants de vaccin disposent de plusieurs mois entre l'apparition d'une souche de virus (en général, dans un pays du Sud...) et le moment où ils commercialisent leurs vaccins dans les pays du Nord. Mais cette fois-ci, le H1N1 a pris tout le monde de vitesse. Les fabricants de vaccin ont reçu des commandes considérables des gouvernements des pays riches, et vont être tentés (ou poussés à ) développer des vaccins plus vite. Trop vite, peut-être. Un vaccin, avant d'être administré à des grandes populations, doit être testé pour qu'on s'assure de son caractère sécuritaire. S'il ne l'est pas, on risque de rendre les gens plus malades à cause du vaccin qu'ils ne le seraient en attrapant (ou en passant à côté de) la grippe.

Dans l'état actuel des choses, de nombreux experts craignent que la fabrication du vaccin ne soit trop hâtive.

C'est très préoccupant, car on va d'abord vacciner les personnes à risque : enfants, femmes enceintes, personnes âgées, et les membres des services de santé...


Quelles précautions faut-il prendre?

Pour le moment, des précautions de bon sens :

éviter le contact de personnes ayant une maladie contagieuse en évolution (mais toutes les personnes qui toussent n'ont pas la grippe ! La plupart, d'ailleurs, ne l'ont pas !); si vous toussez ou éternuez, faites-le dans un mouchoir en papier, ou dans votre manche, et lavez-vous les mains souvent.


Que faire si j'ai la grippe ou quelque chose qui lui ressemble?

Ne courez pas d'emblée chez le médecin ou à l'hôpital : vous risquez, si vous ne l'avez pas, de l'attraper dans sa salle d'attente; et si vous l'avez, vous risquez de contaminer tout le monde!

Au début des symptômes, il n'y a rien à faire que se coucher, prendre de l'acétaminophène ou de l'ibuprofène toutes les 4 heures, et boire beaucoup (de l'eau, du thé, du bouillon, mais pas d'alcool).

Vous n'avez besoin d'un médecin que si vous avez une fièvre élevée plus de 3 jours d'affilée (je sais, 3 jours c'est long, mais c'est comme ça...).

Si vous y tenez, faites-vous prescrire de l'oseltamivir à prendre dès les premiers symptômes, en sachant que ce médicament a des effets indésirables chez un grand nombre de patients (nausées et vomissements).


Quand il y aura un vaccin, est-ce que je dois me faire vacciner?

Eh bien, sur ce point, personne n'a de réponse définitive (et ceux qui vous disent le contraire ne sont pas des scientifiques, mais des devins... ou des gens qui ont quelque chose à vous vendre). Parce qu'encore une fois, on peut s'interroger sur la sécurité d'un vaccin conçu en hâte. Et on peut, là encore, faire usage de bon sens.

- Si l'épidémie est très importante et très rapide, vous n'aurez probablement pas le temps de vous faire vacciner (le vaccin ne sera pas disponible avant la fin de l'année 2009, voire le début de l'année 2010) avant qu'elle ne soit passée par votre communauté; comme elle ne semble pas aussi grave que tout le monde le redoutait au printemps, vous en serez quitte... pour attraper la grippe (peut-être) cette année; étant donné les incertitudes sur le vaccin, je pense qu'en cas de grande épidémie, seules les personnes à grand risque (petits enfants, femmes enceintes, personnes de plus de 65 ans et/ou ayant une maladie chronique grave) et bien sûr les personnels de santé sont en droit de se faire vacciner, car le risque de la grippe sera pour eux supérieur aux risques du vaccin.

- Si, au contraire, l'épidémie est très modérée dans son ampleur (c'est-à-dire pas plus étendue que les années antérieures), il n'est pas sûr (et personne à ce jour ne peut affirmer le contraire, car on ne le saura... qu'après l'épidémie) que la vaccination par un vaccin nouveau et insuffisamment éprouvé soit dénuée de dangers ou plutôt, qu'elle soit moins dangereuse que le fait d'attraper la grippe... Autrement dit : si l'épidémie est modérée, la probabilité d'avoir une grippe grave deviendra moins grande que la probabilité d'avoir un effet secondaire grave du vaccin...

J'ai bien conscience, en écrivant ceci, d'aller à l'encontre de certains discours officiels, mais je pense qu'il serait contraire à l'éthique de ne pas exprimer des réserves justifiées et de ne pas mettre en garde contre une vaccination de masse dont personne ne peut mesurer les conséquences. Il n'a pas été possible de « prédire » l'évolution de la pandémie grippale – à l'heure actuelle, la situation est plutôt moins pire que ce qu'on prédisait au printemps. Et s'il n'est pas possible de prédire la gravité d'une épidémie (on le constate) il est encore moins possible de « prédire » les avantages et surtout les effets indésirables d'un vaccin qui n'existe pas encore !!!!

Lire en particulier : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/grippe-ah1n1-le-vaccin-nest-pas-encore-au-point-loms-temporise_19897/


Est-ce qu'il est moralement discutable de choisir de ne pas se vacciner?

Le discours habituel est bien sûr : « En vous vaccinant, vous protégez aussi les autres. » C'est un appel au civisme, et ce serait vrai, encore une fois, si la maladie était très très grave (elle ne l'est pas) et si le vaccin était parfaitement éprouvé (il ne l'est pas non plus). Le choix de se vacciner doit donc, à mon sens, rester un choix personnel, et non être influencé par des campagnes d'intimidation et de culpabilisation. La vie, c'est risqué. Et même si les médias (« aidés » par ceux qui ont quelque chose à vendre...) en parlent beaucoup, la grippe, à ce jour, est encore une maladie bénigne chez les personnes en bonne santé, et dans l'immense majorité des cas...


Martin Winckler (Dr Marc Zaffran)

Qui est Martin Winckler ? : http://artdevivresain.over-blog.com/article-36178340.html

Les 10 plus gros mensonges sur la grippe A ("swine flu) colleportés par les grands médias américains : site de référence de la santé aux USA : http://www.naturalnews.com/


2) Remise en question de l'efficacité des vaccins par les médecins

Lisez les articles de ma collègue Géraldine : http://danger-vaccins.over-blog.com/article-36644035.html



3) Prévention active : compléments naturels et huiles essentielles

Après vous être assuré d'une bonne écologie intestinale, base du système immunitaire, (cf mes articles sur le sujet), vous pouvez prendre quelques compléments :

en particulier pour les gens qui possèdent un système immunitaire "limite", c'est-à-dire ceux qui "attrapent" facilement rhumes et maux de gorge, ou qui ont du mal à éviter la grippe saisonnière.

1- Ne pas paniquer : les chocs émotionnels affaiblissent les défenses immunitaires (baisse des lymphocytes T, mesuré par des chercheurs américains, cf le Dr Thierry Janssen )

2- Chlorure de magnésium : 1 verre / j

3- EPP : extrait de pépin de pamplemousse, en particulier Citrobiotic (sur Herbajovis

4- Vit. C naturelle (acérola) : 500 mg / j

5- Phytonal : composition d'extraits de 14 plantes (11 d’entre elles sont fraîches et d’origine biologique). Booste le système immunitaire (améliore la résistance aux agressions extérieures) et donne un regain de vitalité.

6- Propolis, véritable merveille produite par nos amies les abeilles (deux gélules de 300 mg quatre matins par semaine)

7- Griffe du chat (Uncaria tomentosa) : écorce originaire du Brésil hautement immunostimulante. Griffe du chat de qualité sur Herbajovis

8- le shii ta ké, (champignon japonais), deux gélules de 300 mg quatre matins par semaine)

9- gemmothérapie : les bourgeons de l'églantier (Rosa canina BMG 1D) peuvent être une aide précieuse (200 gouttes quatre matins par semaine). Chez Herbalgem, il y a Immunogem qui est un complexe très utile.


Prévention active à l'aide des huiles essentielles :
par exemple Oléocaps n°4  du laboratoire belge Pranarom (dirigé par Dominique Baudoux, un des grands spécialiste de l'aromathérapie). Vous pouvez obtenir les produits suivants à la Pharmacie de l'époque, rue du four à Paris (01 45 48 53 58) :
http://www.clesdesante.com/article-30852912.html

(Composition de l'oléocaps n°4 : HE Cinnamomum camphora CT cinéole, HE Melaleuca alternifolia, HE Thymus satureioides, HE Eucalyptus radiata, HE Eugenia caryophyllus)

ou Oléocaps n° 1 (HE Origan) ou encore Aromaproforce de Aromaprotect

Remarque : les grandes huiles essentielles antivirales sont le Ravintsara (et le Ravensara aromatique dans une moindre mesure) mais il y a rupture de stock presque partout... vous pouvez opter pour le Saro, autre grande huile essentielle antivirale qui nous vient directement de Madagascar.

Autres huiles essentielles antivirales
: celles de la composition de l'oléocaps n° 4, juste au-dessus, mais aussi : Citron, Origan, Laurier noble, Niaouli, Encens oliban

Attention : jeunes enfants et femmes enceintes : utiliser uniquement Citron, Ravintsara ou Saro, Encens oliban

Posologie : Pour augmenter la résistance de l’organisme :

2 capsules par jour (au cour du repas) 5 jours / 7

Cas de contact avec un malade : 3 x 2 capsules par jour, 5 jours / 7

Si infection avérée :

a) Oléocaps n° 1 (HE Origan) : possibilité de 3 x 3 caps durant 2 à 3 jours, puis 3 x 2 (en complément de votre traitement médical)

En cas d'urgence, astuce d'un aromathérapeute reconnu : vous pouvez ajouter 4 à 5 gouttes d'huile essentielle antivirale comme ravintsara, saro, même canelle de ceyan écorce !! (sauf jeunes enfants et femmes enceintes) dans un grand verre d'eau et passer au mixer. Sinon demandez à votre pharmacie s'ils ont du "disper" qui est un adjuvant qui aide le mélange huile essentielle / eau  à se faire. Il existe aussi "Gouttes aux essences" en pharmacie.

et renforcer l'immunité :

b) Chlorure de magnésium (ou sel de Nigari) : 1 sachet dans un litre d'eau, à conserver au frigo pour aténuer un peu l'amertume, prendre 1 verre le matin et 1 verre le soir.

c) Vit. C naturelle (acerola) : 1 g / jour, voir plus

d) Aromaforce (mélanged 'huiles essentielles) pour frictions sur le thorax (matin et soir) et également : désinfecter les mains et l'air ambiant avec un diffuseur

e) Phytonal (mélanges de 14 plantes immunostimulantes) ou Echinacea Vogel ou Echinaforce

f) probiotiques : Ergyphilus ou autre marque

g) décoction de Bourrache, afin de favoriser la transpiration

h) oligo-élément : granion de cuivre

i) diète : indispensable pour laisser le corps lutter efficacement ; selon certains témoignages, le jeûne complet est encore plus efficace.


4) Que faire en cas de vaccination ? (si vous vous faites quand même vacciner)

Si vous vous trouvez dans la situation où vous êtes obligé de vous faire vacciner et que ce n’est pas votre choix, voila ce que vous pouvez faire :

 

Il y a deux moyens qui se complètent bien :

Une dose de Thuya 15 ch avant le vaccin et une après.

 

Après l'injection, IMMEDIATEMENT mettre de l'huile d'olive -bio- pour faire "coller" un emplâtre d'argile verte qu'il faudra changer toutes les demi heures pendant quatre heures. Cela "pompera" TOUT si c'est fait immédiatement après l'injection.

 

Il y a aussi un traitement qui a fait ses preuves partout dans le monde :

A commencer 3 h. avant l’injection : diluer un sachet de chlorure de magnésium dans 1 litre d'eau (pharmacie) ou bien 2 cuillères à café de sel de Nigari. (nom japonais du chlorure de magnésium naturel d'origine marine, en maison bio).

Boire 1 verre 3h avant la vaccination, 1 verre 1 heure avant, puis 1 verre toutes les 2 heures après la vaccination (à concurrence de 6 verres)

Le lendemain boire 5 verres dans la journée, répétez pendant 4 jours (certains auront une diarrhée passagère, si elle persiste, diminuez la dose)

Les souches vaccinales seront détruites par l'augmentation énorme de vos propres anticorps.

Le problème réside dans les additifs toxiques, souvent inconnus, contenus dans le vaccin, contre lesquels on ne peut pas grand chose.


Le meilleur remède consiste, pour les gens en bonne santé, à ne pas se faire vacciner. Le taux de mortalité de cette grippe est inférieur à la grippe saisonnière !


Par contre, ne jamais se faire vacciner pendant une épidémie, si l'on risque d'être en contact avec des malades. Le risque de contagion et d'aggravation de la maladie devient beaucoup plus important.


En savoir plus : http://www.grainedenergie.com
 

Publié dans Clés de santé

Commenter cet article

Dr Mary Raskin 12/12/2009 00:05



 


A L'AUTEUR DE CE BLOG et aux internautes


Le chlorure de magnesium est un sel dangereux pour l'organisme. Svp ne croyez pas tout ce que certains racontent sur le web. Lisez ceci avec explication
scientifique: http://natural.medecine.over-blog.com/article-chlorure-de-magnesium-sel-risques-de-problemes-veineux-danger--41009055.html



Christophe ETIENNE 25/12/2009 21:46


merci pr l'info