Avertissement aux futurs thérapeutes

Publié le par Christophe ETIENNE

Je pense que l'avertissement écrit par Jean-Charles Bettan sur son site en avril 2010 est digne d'être diffusé et bien considéré par les si nombreux futurs et aspirants thérapeutes que l'on rencontre dans les formations en diverses thérapies. Il est vrai que parmis toutes les personnes qui se forment un nombre non négligeable le font dans une optique de "pratique familiale", mais il n'en reste pas moins que beaucoup songent à effectuer une reconversion professionnelle, et là il faut à mon sens ne pas se lancer de façon hasardeuse, en particulier sur le plan financier (le "retour sur investissement" des formations longues comme les ostéos...). Car il faut bien le reconnaître, les formations en médecines naturelles et complémentaires sont loin d'être données... Plus que jamais le domaine des thérapies ne s'improvise pas et est réservé à ceux qui sont fait pour ça... 

 

Extrait de la lettre mensuelle du site http://www.priorite-sante.com/ :

 

Ostéos, kinésios, praticiens en hypnose ericksonienne, et bientôt thérapeutes dans d'autres approches... J'ai maintes fois alerté les participants aux divers séminaires sur l'explosion de l'offre de formation dans certaines branches de la thérapie. Nous voilà aujourd'hui devant l'évidence, en train de vivre les conséquences naturelles de campagnes de promotion massivement portées par les media et le marketing thérapeutique. En effet, le besoin de thérapie n'étant pas élastique, de plus en plus de professionnels ont du mal à se lancer dans leur activité. La chose est évidemment relative car certaines zones rurales sont en déficit de praticiens, mais le tissu urbain en général commence sérieusement à connaître une saturation qui va laisser au bord de la route de nombreux thérapeutes. Un chiffre édifiant : il y avait en 1990 1500 ostéopathes en France ; ils sont aujourd'hui 12.000 !
Et de nouvelles écoles continuent à ouvrir leurs portes et à faire miroiter aux futurs élèves un avenir en sucre d'orge. Ne rêvons pas : même si le public a tendance à s'éparpiller au lieu de rester fidèle aux thérapies les plus conventionnelles, il finit par revenir à ces thérapies éprouvées. Qui plus est, les nouveaux apprenants ne se rendent même pas compte qu'en thérapie aussi, un clou chasse l'autre, et que plusieurs années d'étude et un gros sacrifice financier peuvent s'avérer infructueux. Si vous comptez parmi celles et ceux qui songent à une reconversion professionnelle, ou si vous êtes un jeune adulte désireux de vous orienter vers les métiers de la santé, réfléchissez bien avant de prendre une décision.

Publié dans Système nerveux

Commenter cet article