Cure de printemps : incontournable !

Publié le par Christophe ETIENNE

 spring-clean-diet.jpg

Ecrit en collaboration avec Marc Josifoff


Chers lecteurs, le printemps s’est enfin installé ! bien que nous soyons déjà dans l’énergie du printemps depuis un bon moment (mi-février d'après l'énergétique chinoise), il est vrai que le décalage climatique de l’hiver tardif se fait ressentir sur le fonctionnement de notre organisme…


Ainsi pas de précipitation, si vous n’avez encore fait votre cure du printemps, point n'est trop tard… On sait que ce changement de saison est le plus important de l’année ; c’est le plus propice à la détox.

Historiquement c’est la période des disettes, où les réserves de l’hiver s’épuisaient et les récoltes non encore disponibles…       


La nature se réveille : l’organisme retrouve une nouvelle vitalité puisque le froid, le manque de soleil et la sédentarité ont naturellement ralentit nos métabolismes. D’autant que les nombreuses pollutions et plus généralement les conditions de la vie moderne mettent les émonctoires à rude épreuve. 

 

Le printemps, avec Pâques comme point d’orgue est une période de profond renouvellement, parfois même de « renaissance intérieure ».

Les tensions nerveuses et les perturbations émotionnelles ont contracté notre corps. Souvent  les excès de tables et les erreurs alimentaires ont malmené notre système hépato-digestif.

 

C’est la meilleure période pour effectuer un jeûne, surtout si vous ne pratiquez pas le jour de diète hebdomadaire ou bimensuel recommandé.

Quand on sait l’importance des liens affectifs qui nous lient à notre alimentation, ce jeûne est pour certaines personnes un défi à part entière. C’est l’occasion de se rappeler que notre vie ne dépend exclusivement des aliments que nous absorbons !

 

Aider le foie à se régénérer sera une des clés du retour à une physiologie fonctionnant au mieux de sa forme.

 foie.jpg

Le Foie, organe-filtre

Le foie est considéré, avec près de 500 fonctions essentielles, comme l’un des organes les plus importants de la santé et de la vitalité. Voici ses rôles majeurs, en étroite relation avec notre immunité naturelle : on parle de « couple foie-intestin ».

 

Ses 3 fonctions majeures :

 

Le foie détoxine. Il filtre le sang chargé des nutriments et toxines en provenance de l’intestin grêle et du côlon : toxines et agents pathogènes, radicaux libres, parasites, bactéries, virus, champignons, leucocytes en fin de vie, médicaments, résidus divers et polluants. Il élimine ces déchets ainsi que le cholestérol excédentaire grâce à la bile qu’il produit et stocke dans la vésicule biliaire.

 

Le foie stocke l’énergie issue des aliments et certains nutriments, le fer, le cuivre, les vitamines A, B12, D, E et K libérés en fonction des besoins de l’organisme. Organe le plus volumineux du corps, il occupe une place centrale au sein des processus digestifs et métaboliques.

 

Le foie produit des anticorps mais aussi des enzymes, en particulier le glutathion, des hormones et des sels organiques nécessaires à la neutralisation de toxiques et à de nombreux métabolismes.

 

Dans quelques jours je vous parlerais de la célèbre cure du foie selon Andréas Moritz.

 

Rôle de la bile

 

La bile est produite par les cellules du foie à raison d’environ 1,5 litre par 24h. Elle est stockée par la vésicule biliaire avant d’être évacuée dans l’intestin grêle. Elle permet l’élimination de certains déchets toxiques subsistant dans le foie. Elle neutralise l’acidité alimentaire et permet la digestion des graisses. Elle stimule la motricité des intestins, tout en assainissant et lubrifiant le milieu intestinal (alcalinisation).

La vésicule peut être perturbée soit par des contractions insuffisantes qui empêchent une bonne évacuation de la bile, soit par un manque de fluidité de cette dernière pouvant favoriser l’apparition de « boues », concrétions ou cristaux biliaires.

 

Certaines plantes et actifs amers stimulent la fluidité de la bile et le réflexe évacuateur de la vésicule biliaire.

 

Signes possibles de fatigue hépatique. Un foie qui fonctionne au ralenti engendre le plus souvent une accumulation de toxines dans le sang, ce qui amoindrie la vitalité de l’organisme.

 

La Monodiète

 

Le meilleur moyen de mettre votre système digestif au repos est de réduire l’apport alimentaire en pratiquant une monodiète.

Vous ne consommerez alors qu’un seul aliment quand vous avez envie à volonté sous toutes ses formes : cru, râpé, cuit, en jus. Vous pouvez également ajouter quelques aromates frais et un filet de citron et d’huile d’olive.

 

Alimentation vivante

 

On parle de plus en plus du « régime paléo » qui est pour moi une autre façon de parler de "l'alimentation vivante" (un article sera bientôt consacré au « modèle paléo »).

 

Consommer au moins 50% d’aliments crus. En cas de sensibilité intestinale au cru préférer des jus de légumes et de fruits et des graines germées. Il y a également la possibilité d'apprendre à cuisiner en cuisant très peu les aliments ou encore à la vapeur douce.

 

Graines germées, légumes et fruits crus, carpaccios et tartares de viande et poisson, fromage de chèvre frais, oléagineux. Alimentation hypo-carbonée Suppression totale des sucres, féculents

et céréales. Légumes, fruits crus et cuits, poisson, œuf, volaille, petite quantité de fromage de chèvre ou de brebis.

 

Alimentation dissociée

 

Dissocier les apports en glucides et protéines :

Légumes crus et cuits + protéine

ou crudité + céréales + légumes.

 

Composez vos menus détox !


 Spring-Detox.jpg

 

Jus de légumes frais :

 

• 2 carottes

• 1/2 betterave rouge crue

• 1/2 fenouil et 1 pissenlit avec la racine si possible et/ou jeunes pousses d'ortie  

• 2 pommes

• 1 morceau de gingembre

 

Passez à la centrifugeuse ou à l’extracteur et dégustez !

 

Remarque 1 : la betterave est particulièrement intéressante en apportant de la bétaïne, qui via la méthylation réduit l’homocystéine (oxydant du système cardio-vasculaire) augmente naturellement le niveau de SAMe (S-adenosyl-méthionine) dans notre organisme, qui agit puissamment sur notre santé : humeur (dépression), foie, sommeil, fatigue, reminéralise la cellule nerveuse, etc… de plus la betterave est un des aliments le plus riche en lithium.

Remarque 2 : s vous avez un extracteur, profitez la la pousse des orties pour extraire un jus qui sera un des plus épatants nourissants du cuir chevelu et traitement anti-chute.     

 

Composer votre salade sauvage !

 

 plantain-rogne.png

 

Les jeunes feuilles de plantain sont un véritable délice (goût de noistette)… additionnés de jeunes feuilles de pissenlit c’est l’occasion d’absorber de précieux nutriments tout en aidant le nettoyage du foie (notamment les toxines hydrosolubles)…

Attention si vous les ramassez dans un bois ou le bord d'un chemin, nettoyez soigneusement votre cueillette, avec de l'eau vinaigrée par exemple.

  

La Cure Hépatique

 

desmodium-adscendens-b.jpg 

 

Desmondium adscendens : plante herbacée originaire d'Afrique équatoriale, elle améliore considérablement le travail du foie ; elle protège et régénère la cellule hépatique, et renforce sa fonction de détoxination (contribu à normaliser les taux de Gamma-GT et de transaminases). Le desmodium agit également très favorablement sur les allergies saisonnières : c'est par conséquent une des plantes les plus indiquées du printemps !    

 

Disponible ici : http://www.herbajovis.com/cure-printemps.htm


Liv52.jpg 


LIV 52 : cette célèbre formulation ayurvédique pour détoxiquer le foie est la plus vendue au monde ! Son efficacité est démontrée par 50 ans d'utilisation et par 172 études cliniques ! LIV 52 restaure l'efficacité fonctionnelle du foie en protégeant le parenchyme hépatique et en stimulant la régénération hépatocellulaire. il prévient les infiltrations graisseuses dans le foie et améliore l'appétit et la digestion tout en soutenant les processus d'assimilation.  

 

Chrysanthellum-americanum.jpg 

 

Chrysantellum americanum est une plante tropicale à l'activité polyvalente tout à fait remarquabe dont on parle de plus en plus. Elle est utlisée pour :


- les troubles hépatiques (hépato-protecteur), en particulier dans les intoxications d'origine alcoolique, les excès alimentaires et les suites d'hépatite. 
- traiter les calculs de toute origine (utilisation ancienne et reconnue). 
- abaisser le taux lipidique du sang  
- améliorer la micro circulation périphérique et la résistance capillaire (jambes lourdes, artérites, couperose). 
- augmenter la sécrétion biliaire et stimuler le système digestif. 

 

triphala1-copie-1.jpg
 

Triphala : pour accompagner la cure du foie, on a intérêt à agir également sur l'intestin. Triphala est un légendaire détoxicant intestinal ayurvédique présent dans tous les foyers du sous-continent indien. Le Triphala est un mélange en proportion égale de trois fruits appartiennent au groupe des Myrobalans : Harada (Terminalia chebula), Amla (Emblica officinalis) et Behada (Terminalia belerica) dont les propriétés astringentes qui nettoient en douceur le côlon et créent un environnement biochimique favorable dans l’intestin, puis dans l’ensemble de l’organisme, en soutenant les mécanismes naturels d’élimination. A terme, il permet d'accroître la densité d'hémoglobine et d'aider à éliminer les graisses en excédent. 

Pour les connaisseurs de l’ayurveda : chacun des fruits du Triphla régule l’énergie d’un « dosha » : amalaki pour Pitta, haritaki pour Vâta, et Bibhitaki pour Kâpha, ce qui explique l’effet « sur mesure » obtenu

 

Plantes recommandées après la Cure Hépatique

 

acerola-2.jpg 

 

Acerola : la championne de la vitamine C peut s’inviter également à la cure de printemps, d’autant que ce fruit antillais contient également des concentrations intéressantes en phosphore, calcium, de vitamines du groupe B (B1, B2, B6), ainsi que des facteurs antioxydants, notamment flavonoïdes et anthocyanines.

 

Urtica.dioica4 

Ortie : on n'arrête plus de redécouvrir les vertus de l'ortie ! bourrée de micronutriments intéressants, elle sert à assainir, reminéraliser et fortifier notre organisme.

Elle a également un intérêt dans la luette anti-allergies saisonnières.

 

 uncaria-tomentosa.jpg 

 

Griffe du chat (Uncaria Tometosa) sauvage d’Amazonie : cette liane est un puissant stimulant du système immunitaire ;  possède des propriétés régénératrices et anti-inflammatoires, principalement articulaires ; stimule les fonctions détoxifiantes du foie 

 

propolis-abeille.jpg 

 

Propolis : la  propolis n’est pas qu’un produit de lutte contre les maux hivernaux, loin de là ! Bourrée de polyphénols elle est nutriment utile à tout moment de l’année : s’autoriser une « bouffée antioxydante » est régulièrement utile d'autant que ses substances agiront en même temps comme antiseptiques et antiparasitaires. De plus la propolis nous vous conseillons est le top que l’on puisse trouver actuellement sur le marché : la propolis extra forte de Pollenergie, dosée à 15% de propolis pure..

 

Tous ces produits sont disponibles icihttp://www.herbajovis.com/cure-printemps.htm

 

 

Exercice physique. Profitez du printemps pour vous remettre à pratiquer régulièrement de l’exercice physique : sport doux au moins 3 fois par semaines, avec un moment plus intense (comme un sprint par exemple).

 

La respiration et l’exercice en plein air favorisent une plus grande oxygénation ainsi qu’une meilleure circulation du sang. Votre organisme élimine mieux les toxines et se revitalise plus vite.

 

Exprimer ses émotions. Marc Josifoff, naturopthe, de la société xantis (un des leaders de la santé intestinale) est en train d’écrire un livre sur le lien entre "santé de l’intestin et digestion des émotions" car tout nettoyage de la sphère intestinale, pour être durable, devrait s'accompagner d'un travail sur un plan plus subtil, de la causalité...   

 

Trouvez un moyen pour exprimer vos colères, peurs, tristesses, ressentiments… sans oublier l’expression de vos émotions positives, le plaisir, la joie, l’amour. Autorisez-vous à les exprimer de manière directe dans la relation aux autres ou bien de façon symbolique, à travers une pratique artistique telle que la danse, la musique, la peinture…

 

Identifiez vos émotions. Soyez à l’écoute de votre corps. L’émotion se manifeste d’abord par des sensations physiologiques : posture, respiration et rythme cardiaque modifiés, tensions musculaires, transpiration, rougeurs, mains moites, gorge nouée, tremblements...

Ces signaux indiquent que des émotions vous traversent.

 

Acceptez vos émotions. Même dérangeantes, accueillez vos émotions comme des alliées. Leur non-acceptation est un refoulement, elle emprisonne l’énergie créatrice et prive vos relations de la richesse émotionnelle.

 

Donnez vie à vos émotions. De façon ludique, jouez à exprimer les cinq émotions de base : la peur, la tristesse, la honte, la colère et la joie. Il s’agit de faire appel à la part d’enfant qui est en vous, en toute conscience. Simulez une situation et mettez en scène vos émotions afin de les apprivoiser, de les démystifier et de faire corps avec elles.

 

Christophe Etienne

Marc Josifoff

Publié dans Phytothérapie

Commenter cet article