Du Padma basic (ex Padma 28) pour les troubles de la circulation sanguine

Publié le par Christophe ETIENNE

Le Padma basic (initialement appelé Padma 28) est un complexe de plantes conçu à partir d'une formulation tibétaine traditionnelle. Il a en fait été élaboré en Russie, où son efficacité sur le système cardio-vasculaire a été remarqué. Il est fabriqué en Suisse depuis 1969. Il s'agit d'un mélange de 21 plantes, épices et minéraux, contenant polyphénaols, bioflavonoïdes, huiles essentielles et antioxydants, fonctionnant de manière additive, synergique et antagoniste.

Ce complément participe à la protection des artères et améliore la fonction vasculaire générale. Il a une activité antioxydante démontrée, anti-inflammatoire et immunomodulante. Il peut être employé dans tous les cas d'inflammation chronique. Il est utilisé dans les cas de troubles circulatoires périphériques (picotement, fourmillement, engourdissement des mains et des pieds, crampe aux mollets). 

PADMA_box_50_s400.jpg

 

Un mot sur la médecine tibétaine

Tout toutes les approches orientales, la médecine tibétaine repose sur une conception holistique de l'être humain. L'objectif est d'équilibrer les forces agissant dans l'organisme. La particularité de cette médecine est son attachement à l'enseignement bouddhique (l'ignorance, source de déséquilibre, est source de toutes les maladies). La médecine tibétaine est une synthèse entre la médecine ayurvédique et la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Elle est ainsi d'une richesse insoupçonnée.

Dans la conception tibétaine, la maladie naît de l'action de trois toxines psychiques (haine, ignorance,avidité) qui ont un lien direct avec les trois énergies somatiques centrales : la bile, le mucus et le vent (trois "humeurs" correspondant aux trois principes de l'ayurvéda). La bile se manifeste sous forme de chaleur dans l'organisme, le mucus sous forme de liquide et le vent sous forme de mouvement. Dans un organisme en bonne santé, ces trois principes somatiques sont en équilibre.

Tout comme l'organisme humain tout entier, les trois principes somatiques sont formés des cinq éléments terre, eau, feu, air (ou métal) et espace (ou bois). Ces cinq éléments sont responsables de la vitalité du psychisme et de l'organisme. shapeimage_4.png

Dans un organisme en bonne santé, les principes somatiques sont en équilibre. Notre santé est aussi influencée par le comportement de l'individu, notamment sur le plan alimentaire, mais également par l'environnement et les conditions climatiques.

En Médecine Tibétaine, le goût (correspondant à la "saveur" de la MTC) joue un rôle primordial, responsable de l'effet thérapeutique : on distingue six propriétés gustatives: le sucré, l'acide, le salé, l'amer, l'épicé, l'âpre. C'est pourquoi les remèdes tibétains et les mélanges tibétains de plantes à infuser ont la plupart du temps un goût marqué.

 

Extait de la revue Nutranews : histoire du Padma basic (anciennement Padma 28) et les recherches sur son efficacité thérapeutique :

 

L'histoire commence avec Sultim Badma, un lama médecin, qui avec son frère également moine médecin, émigrèrent à Saint-Pétersbourg (visiblement au milieu du 20ème siècle).

Passionnés de plantes (l'essentiel de la médecine tibétaine), il ont travaillé à l'adaptation de nombreuses recettes de phytothérapie qu’ils avaient apportées avec eux de leur monastère. monastere-tibetain.jpg Ils ont remplacé certaines plantes originelles provenant de l’Himalaya par d’autres de la même espèce plus faciles à trouver en Europe.

Grâce à leurs efforts, les mélanges de plantes issus de la médecine tibétaine ont atteint la Pologne et, un peu plus tard, l’ouest de l’Europe. La diffusion de leur usage en Pologne explique aussi pourquoi une contribution importante à la recherche contemporaine sur PADMA 28 a été faite par des chercheurs et médecins polonais. 


 

 

 

Un comprimé de PADMA 28 contient : Bois de santal rouge 30 mg, D-camphre 4 mg, clou de girofle 12 mg, fleur de souci 5 mg, fruit de cardamome 30 mg, fruit du margosier 35 mg, fruit du myrobalan 30 mg, genre de gingembre 10 mg, genre de limon 20 mg, genre de mauve 10 mg, gypse nat. 20 mg, herbe d’ancolie 15 mg, herbe de la renouée des oiseaux 15 mg, herbe de plantain 15 mg, herbe de potentille 15 mg, laitue 6 mg, lichen d’Islande 40 mg, piment 25 mg, racine de réglisse 15 mg, racine de sarriette indienne 40 mg, racine de valériane 10 mg, tubercule d’aconit 1 mg. tibetan-drugs.gif


Augmente la distance de marche dans les cas de claudication intermittente

PADMA 28 est utilisé principalement dans les cas de troubles circulatoires périphériques qui peuvent se manifester par des picotements, des fourmillements, des sensations de lourdeur ou de tension dans les jambes et les bras, des engourdissements des mains et des pieds, des crampes aux mollets. Dans plusieurs études cliniques, le périmètre de marche maximal et sans douleur des patients a été significativement allongé par PADMA 28.


La claudication intermittente est un trouble circulatoire périphérique provoqué par le durcissement et le rétrécissement des artères dans les membres inférieurs. Il a pour conséquence une perturbation du flux sanguin vers les muscles qui entraîne des douleurs et des crampes lorsque le patient marche. 
Dans une première étude randomisée et en double aveugle 43 patients ont été évalués. 23 ont pris du PADMA 28 (3x2 capsules par jour) pendant 16 semaines et 20 ont pris un placebo. A la fin du traitement, la distance maximum de marche avait davantage augmenté chez les patients prenant du PADMA 28 que chez ceux sous placebo (plus de 100 mètres comparés à 27 mètres).
Une étude a porté sur trente-six patients1 âgés de soixante-sept ans avec une claudication intermittente depuis en moyenne cinq ans. Ils ont reçu de façon aléatoire du PADMA 28 ou un placebo pendant quatre mois.

 

 

L’effet du traitement a été quantifié par des mesures des pressions sanguines systoliques systémiques et périphériques ainsi que par l’évaluation de la distance de marche maximale et sans douleur. 
Les sujets ont reçu quotidiennement pendant quatre mois deux tablettes de PADMA 28 ou un placebo. Les résultats ont montré que la supplémentation avec le Padma 28 entraînait une augmentation significative de la distance de marche sans douleur de 52 à 86 mètres et la distance de marche maximale de 115 à 227 mètres.
Soixante-douze patients ont été enrôlés dans une étude dont l’objectif était d’évaluer l’efficacité, l’innocuité et la tolérabilité du PADMA 28. Trente-sept ont reçu deux capsules de PADMA 28 deux fois par jour et trente-cinq un placebo. A la fin de la période de traitement, 58% des participants ont vu leur distance de marche sans douleur augmenter contre 39% dans le groupe sous placebo. De plus, 40% des patients ont rapporté une amélioration générale de leur bien-être incluant une énergie accrue et une amélioration de leur humeur et de leur capacité de concentration contre 15,4 % des témoins.
Les chercheurs supposent que l’efficacité du PADMA 28 dans le traitement de la claudication intermittente pourrait être due à son activité antioxydante.

 

Padma 28 et angine de poitrine 

 

Une étude3 a testé l’hypothèse que le PADMA 28 réduit la sévérité et la fréquence de l’angine de poitrine. L’étude en double-aveugle a inclu 50 patients au repos et en période d’exercice. La réponse clinique au traitement, la tolérance à l’exercice, l’agrégation plaquettaire et les niveaux de lipides dans le sang ont été analysés. Les patients ont reçu un placebo pendant deux semaines, du PADMA 28 pendant deux semaines et, à nouveau, un placebo pendant deux semaines.

 

Le nombre d’attaque d’angine de poitrine est tombé avec le Padma 28 de 37,5% à 11,5% (69%) et la quantité moyenne de tablettes de nitroglycérine a également été réduite de façon significative (de 77%). La réponse clinique a été bonne ou excellente chez 80% des patients. L’amélioration objective de la tolérance à l’exercice a été documentée par une augmentation significative de la quantité de travail réalisé avant le début d’une douleur de poitrine. Le seuil d’agrégation plaquettaire a été augmenté de 125%. Les lipides totaux ont été légèrement mais significativement diminués chez les patients prenant du Padma 28. La tolérance a également été excellente.

 

Un effet anti-athérosclérose

PADMA 28 aide à maintenir la santé des vaisseaux sanguins, à protéger la paroi des artères (y compris celle des artères coronaires) et favorise l’amélioration de la fonction cardiovasculaire. Des études préliminaires suggèrent également une activité anti-agrégation et une capacité à améliorer la fibrinolyse, deux facteurs importants pour le maintien d’une bonne circulation. PADMA 28 a également une activité antioxydante démontrée et protège notamment les lipides sanguins de l’oxydation, un facteur important pour la santé cardio-vasculaire.
En 1994, Winther et al., ont suivi dans une étude pendant quatre mois trente-six patients avec une claudication intermittente stable depuis cinq ans. Ils ont reçu de façon aléatoire du PADMA 28 ou un placebo. Les résultats ont montré à la fois que la poussée oxydative des monocytes diminuait et que la fibrinolyse augmentait. On a rapporté que la réponse de poussée oxydative des monocytes modifie l’oxydation du cholestérol-LDL. Lorsqu’une LDL est oxydée, elle est prise par les monocytes qui la transforment ensuite en cellule spumeuse, l’un des principaux composants des jeunes plaques d’athérome. L’inhibition de la réponse de poussée oxydative, avec pour conséquence la diminution des LDL oxydées disponibles pour former des cellules spumeuses, peut être un moyen de ralentir le développement de l’athérosclérose.
La fibrinolyse, quant à elle, sert de protection naturelle contre la formation de thrombose. Son augmentation est donc de toute évidence bénéfique.

 

 

Ces conclusions peuvent être expliquées de deux façons : elles sont le résultat direct de l’un des composants du PADMA 28 (on ne sait pas encore lequel) ou simplement une conséquence indirecte d’une augmentation de l’activité physique des patients traités. On sait que des activités physiques, comme marcher ou faire de la bicyclette, augmentent la fibrinolyse. Mais une activité physique plus importante ne peut pas réellement expliquer la diminution de la réponse de poussée oxydative des monocytes avec le PADMA 28. Les chercheurs ont conclu que le PADMA 28 augmente la fibrinolyse et diminue la réponse de poussée oxydative des monocytes chez les patients souffrant d’athérosclérose.

 

En 1995, des chercheurs confirment l’effet antioxydant démontré dans la précédente étude. Des neutrophiles humains ont été étudiés in vitro en présence de Padma 28.
Ces résultats suggèrent que le PADMA 28 peut avoir une action anti-inflammatoire dont le mécanisme reste à élucider.
En 2000, des scientifiques ont montré le mécanisme antioxydant du PADMA 28 en prouvant qu’il est un donneur d’électron et se lie aux ions du fer, réduisant le fer +++ en fer ++ et 
prévenant les lésions sur l’ADN. 
En 1999, une autre équipe avait montré que le PADMA 28 empêchait la plaque d’athérome de se déposer dans les vaisseaux sanguins. 
Les chercheurs ont observé quatre effets inhibiteurs du PADMA 28.
Ils ont constaté qu’il inhibe fortement :
- La mort des cellules épithéliales dans des cultures induites par un “cocktail” comprenant des oxydants et des agonistes pro-inflammatoires, 
- La génération de chemiluminescence dépendante du luminol dans des neutrophiles humains stimulés par des bactéries,
- La peroxydation des intralipides (une préparation riche en phospholipides) induite en présence de cuivre,
- L’activité de l’élastase neutrophile. 
Ils en ont conclu que le PADMA 28 pourrait être bénéfique à la prévention des lésions cellulaires induites par une synergie des agonistes pro-inflammatoires.

 

Padma 28, une action Immunilogique

PADMA 28 a une activité anti-inflammatoire et immunomodulante significative. 
Trente-quatre patients souffrant d’une hépatite B chronique active ont été traités pendant un an avec du PADMA 28. Ils ont été suivis par des tests cliniques et biochimiques aussi bien que par des techniques sérologiques, immunologiques et histologiques. Parmi d’autres résultats, les chercheurs ont observé une amélioration ou une normalisation des paramètres biochimiques ainsi que dans le nombre total de cellules T dans 76,5 % des cas. Les résultats ont indiqué que le traitement par le PADMA 28 influait sur l’activité des gènes du virus de l’hépatite B et stoppait l’inflammation du foie. 
Une deuxième étude confirme l’intérêt de Padma 28 dans le traitement de l’hépatite B. Au cours des dix dernières années, 126 adultes et 52 enfants atteints d’une hépatite B chronique active ont été traités par une équipe de chercheurs avec le PADMA 28 (trois tablettes deux fois par jour). Au bout de deux ans de traitement, 90 % des patients ont vu leurs paramètres biochimiques normalisés et le nombre de lymphocytes T (CD3, CD4, CD8, CD4/CD8) améliorés. Près de 70 % des patients sont passés de séropositifs à séronégatifs au virus de l’hépatite B. Chez environ 10 % des patients, le traitement n’a eu aucune incidence clinique ou sérologique. PADMA 28 a été bien toléré par les patients et il a amélioré leur appétit et leur bien-être général. 
La même équipe a suivi pendant trois ans 305 enfants. Seuls les enfants ayant souffert au cours des neuf mois précédents d’au moins une infection par mois, incluant au moins trois bronchites et/ou pneumonies, ont été enrôlés dans l'étude. Trois mois avant le début du traitement avec le PADMA 28, les médicaments à base de stéroïdes ont été arrêtés. De même, l’antibiothérapie a été interrompue au moins deux semaines avant le début de l’étude.
L’efficacité du traitement avec le PADMA 28 a été évaluée par la fréquence et la sévérité des infections respiratoires. L’état de 71,5% des enfants a été clairement amélioré. 
D’autres études ont montré les effets du PADMA 28 sur le système immunitaire des patients :
- Il stimule l’activité de phagocytose des macrophages versus les complexes bactériens et immunitaires.
- Il normalise l’index CD4/CD8 des lymphocytes T.
- De plus, il peut augmenter la synthèse des interférons, des interleukines 1 et 2 ainsi que le facteur d’inhibition de migration.
PADMA 28 peut être utilisé dans toutes les pathologies où l’inflammation chronique joue un rôle important : dans une étude portant sur 100 sujets, 44 % des patients atteints d’une forme progressive de sclérose multiple ont vu leur condition générale améliorée par la prise de Padma 28. Le traitement comprenait deux tablettes trois fois par jour et a duré un an.

Pour s'en procurer : Vedamed.eu

Commenter cet article