Hydroxyde de magnésium et chlorumagène pour le système nerveux

Publié le par Christophe ETIENNE

Ma rencontre avec Sylvie Renault fin 2011 a été particulièrement intéressante. D'abord parce qu'elle a écrit un ouvrage témoignage sur la détoxification des métaux lourds, qui s'intitule Si, ça se peut (autoédité), mais aussi parce qu'elle m'a parlé d'un nutriment que je ne connaissais pas : l'hydroxyde de magnesium. si-ca-se-peut.png
Son témoignage est poignant et mérite d'être lu. Vous saurez ensuite combien l'intoxication au mercure est une réalité et cause une multitude de maux.
Le livre de Sylvie Renault est avant tout autobiographique. C'est le parcours d'une femme qui voit sa vie basculer à l'âge de 6 ans, au lendement de sa visite chez le dentiste qui lui avait posé un amalgame. Sylvie, qui avait été jusqu'à présent une petite fille sans problème particulier, plutôt enjouée et sociable et sans problème de santé, voit sa santé se dégrader subitement. Commence une longue période d'enfer : rejet de la nourriture qu'elle ingère (vomissements très fréquents), maux de ventre épouvantables, apparition de tics, renfermement sur elle même, jusqu'à une tendance autistique. Sylvie, durant les années qui suivent, reçoit de nombreux amalgames en bouche. Les visites chez différents medecins restent veines et elle souffre de plus en plus et surtout de maux qui ne portent pas de nom.
Personne n'arrive à comprendre l'origine de ce qui la touche. On attribue ça au "psychique".
C'est ainsi un long cheminement dans la solitude, à apprendre à souffrir longuement en silence, sans savoir pourquoi. Un sentiment d'incompréhension s'installe : elle doit en même temps apprendre à lutter contre le rejet de ses proches.
Une réelle épreuve. A tel point que Sylvie va jusqu'à déclarer : "les gens qui ont un cancer ne savent pas leur chance car au moins ça porte un nom !".
Mais Sylvie ne va pas se laisser abattre et va chercher ce qui se cache derrière son mal. Elle va un jour rencontrer des dentistes différents qui vont lui ouvrir les portes d'une connaissance fort peu partagées : celle des maux liés à l'intoxication aux métaux lourds.
Elle va alors expérimenter diverses méthodes de détoxination et de chélation, qui vont peu à peu améliorer sa situation. Elle va continuer à approfondir ce sujet, essayer de comprendre pourquoi dans notre pays qui se dit être avancé, on pose encore aujourd'hui dans la bouche de milliers de patients des produits contenant des métaux lourds. 
Son livre est en fait antérieur à celui de Françoise Cambayrac, dont on a entendu beaucoup parlé dans les magazines de médecine naturelle. Bien que moins scientifique, il en ressort un profond sentiment d'humanité et donne envie de crier, avec elle, POURQUOI continue-t-on ??
Son livre invite l'humanité à un réel sursaut. Les Hommes ont-ils eu besoin de l'industrie chimique pour survivre durant 7 millions d'années ??
Finalement quand on prend un peu de recul on a le vertige.. on se demande comment on a pu laissé faire ça ! au nom d'un soit disant progrès ? pour répondre au traumatisme des grandes épidémies ? (dont on sait aujourd'hui qu'elles avaient été causées essentiellement par le manque d'hygiène). Mais est-ce une raison valable pour qu'on continue à donner la permission des industriels de nous empoisonner chaque jours un peu plus ?
Je vous conseille la lecture de ce livre car c'est un beau témoignage et également parce que cet achat aide l'auteur à poursuivre son combat : http://unlivreouvert.free.fr/Un_livre_ouvert/Presentation.html

Au cours de ses recherches, Sylvie Renault a découvert les vertus d'une molécule naturelle : l'hydroxyde de magnésium.chlorumagene.jpg
Rappelons que les métaux lourds sont des neurotoxiques : c'est le système nerveux qui est atteind.
C'est une molécule sur laquelle a beaucoup travaillé le Dr Martin du Theil il y a plus de 50 ans, qui déjà parlait de ses bienfaits indirects sur le fonctionnement de la cellule nerveuse.

martin-du-theil.jpg
L'hydroxyde de magnésium, quand il est ingéré, se mèle à l'acide chloridrique de l'estomac et le transforme alors en une forme de chlorure de magnésium, bien plus douce et assimilable que le chlorure de magnésium que l'on trouve en pharmacie, également moins agressive pour les reins. Ainsi cette forme de chlorure de magnésium facilite l'assimilation du calcium par l'organisme, ce qui, sur le long terme, contribue à régénérer peu à peu le système nerveux.

En France il est distibué sous la marque "Chlorumagène", et je vous livre le résumé d'un article publié dans le journal de Michel Dogna, qui traite aussi de la différence avec le chlorure de magnésium, très usité parmis les adeptes de la naturopathie mais qui est à manier avec précaution notamment par les personnes fragiles des reins.
Article :

Chlorure de magnésium et/ou Chlorumagène?

Les bienfaits du chlorure de magnésium dans de nombreuses pathologies ont été mis en évidence par le Docteur Pierre Delbet, dont les travaux furent repris par le Docteur Neveu, qui, comme indiqué dans son livre, prévenait et guérissait de nombreuses pathologies, en particulier la redoutable polyomélite.

Mais le chlorure de magnésium peut aussi prévenir et guérir beaucoup d'autres maladies. Par exemple, pendant l'épidémie de chikungunya à la Réunion, de nombreuses personnes, alertées par les fax envoyés par une conseillère municipale niçoise, se sont ainsiefficacement soignées.

Cependant, le chlorure de magnésium présente l'inconvénient, si l'on en prend trop, de surcharger ou même parfois bloquer les reins d'une personne au système rénal fragile. Il a donc, de ce côté, quelques contre-indications. A signaler, pour éviter cela, qu'il en existe une forme naturelle : le nigari.

En fait, pas de souci à se faire, toutefois, car, encore mieux que le chlorure de magnésium, existe aussi... le Chlorumagène !

Les avantages du chlorure de magnésium sans les inconvénients
 
Le Chlorumagène a été mis au point par le Docteur Martin Du Theil pour permettre de faire un apport de chlorure de magnésium dans le corps dont l'emploi, aussi prolongé qu'en soit l'usage, n'exerce jamais d'action nocive sur aucun organe et notamment sur les reins. Il peut,quelle que soit la maladie, sans inconvénient, être prescrit à tous.Pendant plus de trente ans ce produit a été utilisé avec succès  par le Docteur Martin du Theil.

A l'inverse du chlorure de magnésium, le Chlorumagène est plutôt neutre au goût, et, en plus, ne présente aucun risque de déclencherdes problèmes rénaux, puisque, sous cette forme-là, son inventeur,tout au long de l'hiver, le donnait même à des ... bébés!

Il est donc possible, sans aucune contre-indication, même en cas de néphrite avec albuminerie, de le prendre en périodes prolongées.

Le mot "Chlorumagène" signifie, en fait, "qui engendre du chlorure de magnésium". Un précurseur en somme..

Posologie

La posologie d'entretien est d'une cuillère à café le matin. Pour le reste, il possède les mêmes propriétés que le chlorure en sachet, principalement la restauration du capital nerveux, le renforcement des défenses immunitaires, et, à plus grande dose, il est  mêmeefficace contre la constipation.


Heureusement, d'ailleurs, parce que ce n'est - semble-t-il - que pour cemotif qu'il est toujours disponible en pharmacie ! La boîte qui, pour deux ou trois personnes, dure 2 mois doit coûter seulement dans les 6 €uros.


Le Chlorumagène du Docteur Martin du Theil est donc - et c'est une excellente nouvelle - toujours disponible en pharmacie; il est, en général, vendu en tant que remède contre la constipation, puisque c'est maintenant - semble-t-il - la seule "vertu" qu'on lui reconnaisse. Il est vrai que c'est, en effet, une forme du magnésium; c'est donc l'un de ses effets, mais ce n'est, pas le seul..

Autres usages du Chlorumagène

En effet, le Docteur Martin du Theil l'avait mis au point sous cette forme-là pour soigner les cancers, et aussi, du reste, la tuberculoseainsi que d'autres affections, et, malgré - d'après lui - vingt ans detotal succès dans l'utilisation du Chlorumagène, il lui a été - oui - , pour finir, interdit de le commercialiser pour cette pathologie!

 

Apprendre cela laisse sans voix. L'on se demande bien par qui et aussipourquoi un produit aussi bénéfique et aussi inoffensif (= sans effets secondaires) va être officiellement interdit pour cet usage, ou, plutôt, l'on craint de le savoir...
 Voici maintenant quelques extraits d'un livre de Jean Palaiseul, qui,dans les années soixante, a cité l'ouvrage "La Défense par le Système Nerveux" du Docteur Martin du Theil:

"La maladie résulte de l'insuffisance de la défense; l'insuffisance de la défense résulte d'une déficience du grand sympathique [le "système nerveux"], la déficience du grand sympathique résulte de l'appauvrissement de la cellule nerveuse en chlorure de magnésium...
Le rôle du chlorumagène est de déterminer, dans l'organisme, la formation du chlorure de magnésium à l'état naissant, parce qu'un produit qui naît directement dans l'organisme est plus actifque celui que l'on prépare en labo; son énergie est intacte, son pouvoir d'assimilation total, et sa pureté absolue.
Ici le chlorure est obtenu à l'état pur, à l'exclusion de tout autre sel halogène, iodure, bromure, fluorure; ce fait, dit le Dr Du Theil, est d'une importance capitale, car il explique pourquoi le chlorumagène aussi prolongé qu'en soit l'usage, n'exerce jamais d'action nocive sur les reins ni sur aucun organe... Il peut être prescrit sans le moindre inconvénient, quelque soit l'âge du malade, ou la maladie, enfants en bas âge ou vieillards, même en cas de néphrite avec albuminerie..."
- Extrait du livre "Tous les espoirs de guérir" de Jean Palaiseul, publié aux éditions Robert Laffont. -

Le Docteur Martin du Theil, lui-même, au sujet de son remède, dans on ouvrage qui lui est consacré, s'exprime ainsi :

"Ma conviction ne repose pas sur une simple hypothèse, mais sur l'expérimentation [à cette époque, un recul de 10 ans)] j'ai prescrit systématiquement du Chlorumagène à toutes les personnes porteuses d'une tumeur dite bégnine et aux malades opérés d'un cancer, qu'il s'agisse de cas anciens ou récents; je n'ai eu à constater qu'une seule récicive, et encore, pour ce dernier cas, les plus grands espoirs sont-ils permis. Il est bien entendu que, dans ces derniers cas, je ne fais état que des cas où la nature cancéreuse de la tumeur à été vérifiée..."
- Extrait du livre "La défense par le système nerveux" du Docteur Martin du Theil,
publié à la "Librairie Scientifique et Médicale Amédée Legrand",
93, Boulevard Saint-Germain, Paris (VIème). -

Regardons cela de plus près. Qui connaît, aujourd'hui, la méthode du Dr Martin du Theil ? Qui connaît les remèdes que ce praticien a mis au point? Pas grand monde semble-t-il..

Logiquement donc, les produits résultant des travaux de ce médecin devraient rester sur les rayons de la firme SERP, qui les fabrique. Or, ils rencontrent, de jour en jour, la faveur toujours plus grande de la part du public. Comment expliquer ce phénomène, d’autant plus que les laboratoires intéressés n’ont jamais fait la moindre publicité si ce n'est par l’efficacité de ces médicaments.

Les malades qui les ont employés, grâce â eux, ont retrouvé la santé, les vantent auprès de leur entourage; d’autres les essayent, en éprouvent les bienfaits ce qui les conduit â les vanter à leur tour, et ainsi, par le classique système dit de l'"effet boule de neige", sans cesse s’accroît leur renommée. C’est pourquoi il est sans doute très utile de présenter cette thérapeutique méconnue, et cela pour plusieurs raisons:

- Pour que les vrais médecins, ceux qui n’ont qu’un souci: guérir (et ils sont nombreux !), puissent apprendre ce qu'ils n'ont pas appris sur les bancs de la fac de médecine et en faire profiter leurs patients.

- Pour que ceux qui y ont déjà eu recours sachent quelles sont lesraisons de ses prodigieux succès.

- Pour que d’autres malades trouvent en elle le soulagement ou la guérison qu’ils n’espéraient plus.

A l’origine des travaux du Docteur Martin du Theil, se trouve la  célébrissime phrase de Claude Bernard citée en exergue: «Le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout».

Alors que certains considèrent cette parole comme une simple boutade, le Docteur Martin du Theil y voit, tout au contraire, un très profond enseignement, et il s’engage résolument dans la voie indiquée par le grand physiologiste.

Il se refuse à admettre que la nature ait pu créer une si merveilleuse machine qu’est le corps humain, sans la doter en même temps desarmes nécessaires à sa défense et les faits viennent confirmer ce que le simple bon sens conduit à pressentir.

Ces armes existent bien, en effet, affirme le Docteur  du Theil, nous les portons en nous; elles répondent à tous les besoins. Le système nerveux (le grand sympathique) les tient sous sa dépendance directe, exclusive; il suffit de savoir les utiliser pour que le mal, quel qu’il soit, trouve devant lui une infranchissable barrière.

Il écrit : «Il en résulte que, au lieu de pourchasser tel ou tel microbe en particulier, il est infiniment plus simple et aussi plus facile, de maintenir ces armes naturelles en bon état, et te terrain attaqué restera ainsi invulnérable à tous les agents infectieux...»mg.png

II décide donc d’utiliser au maximum les forces naturelles de défense en agissant directement sur le système nerveux et cela quelle que soit la nature du microbe qui attaque.

Mais, contre cette méthode logique, il y a tout l’enseignement officiel qu’il a reçu. II se sent ligotté par les liens de l’Ecole et il lui faut mener un pénible et angoissant combat de l'âme pour parvenir enfin à adopter des lignes directrices différentes de celles qu’il a apprises.

II ne nie toutefois pas le indéniabless progrès accomplis grâce à la découverte des sérums, voire même de certains vaccins, mais il a la conviction profonde que des espoirs autrement plus vastes sont permis, car la médecine des vaccins, à terme, ne peut aboutir qu'à une impasse. En effet, si les innombrables sortes de microbes existants sont tous considérés commes des ennemis, combien de dizaines ou de centaines, voire de milliers, de vaccins faudra-t-il pour finir par en venir à bout de toutes les souches nouvelles repoussant sans cesse, telles les têtes de l'Hydre de Lerne?

Cette conviction que l’organisation défensive naturelle existe réellement et peut et doit jouer un rôle capital dans la lutte contre la maladie, est renforcée encore par des faits précis qu'il observe dans sa pratique quotidienne.

Cette thérapeutique du Docteur Martin du Theil tient en deux remèdes: L'un vise à restituer et conserver son équilibre à notre système nerveux et plus particulièrement au grand sympathique, dont nous avons vu le rôle fondamental; l’autre soutient la cellule nerveuse en cas de défaillance accidentelle.

Pour la mise au point de son premier remède, le Docteur Martin du Theil s’est appuyé sur divers travaux scientifiques et notamment sur ceux du Docteur Gaube, à qui revient le mérite d’avoir signalé, dés 1897, l’importance du Magnésium dans l’organisme et qui a prouvé qu’il est "l’élément de minéralisation dominant, constant, des cellules génératrices".

Son irréfutable logique est la suivante:

1) La maladie résulte de l’insuffisance de la défense;
2) L’insuffisance de la défense résulte, à son tour, d’une déficience du grand sympathique;
3) La déficience du sympathique résulte d’un appauvrissement de la cellule nerveuse en chlorure de magnésium.

Remontant de l’effet â la cause, on voit donc que, pour rétablir l’équilibre, il faut, de toute évidence, restituer à la cellule ce chlorure de magnésium qui lui fait défaut. C’est précisément ce à quoi tend son médicament.

"Fidèle", dit-il dans son livre (page 45 de l'édition de 1933), "au principe que chaque produit doit avoir un nom rappelant son rôle, je l’appelle le Chlorumagène, mot que l’on peut traduire ainsi: "qui engendre du chlorure de magnésium".

"Je veux préciser par là le rôle du Chlorumagène, qui est de déterminer dans l’organisme la formation de chlorure de magnésiumà l'état naissant."

"Pourquoi à l’état naissant? Parce qu’un produit qui naît directement dans l’organisme est plus actif que celui que l’on prépare au laboratoire et que l’on administre sous forme de solutions, pilules et comprimés. Son énergie est intacte, son pouvoir d’assimilation total, et sa pureté absolue. Ici, le chlorure de magnésium est obtenu à l’état pur, à l’exclusion de tout autre sel halogène (iodure, bromure, fluorure)."

«Ce fait», souligne le Dr du Theil, «est, à mes yeux, d’une importance capitale, car il explique pourquoi le Chlorumagéne, aussi prolongé qu’en soit l’usage, n’exerce jamais d’action nocive sur aucun organe, et notamment sur le rein... II peut être prescrit sans le moindre inconvénient, quel que soit l’âge (enfants en bas-âge, adultes ou vieillards) et quelle que soit la maladie, même - je tiens à le préciser - dans le cas de néphrite avec albuminerie.»

Et il ajoute: «II constitue un véritable aliment d’épargne pour la cellule nerveuse, dont il compense immédiatement les dépenses. Legrand sympathique, grâce à son énergie ainsi conservée intacte, maintient l’organisme à l’abri de la maladie, en rendant vaine toute attaque microbienne. II n’est donc pas de meilleur agent prophylactique contre toutes les maladies de nature infectieuse, et c’est à ce titre que je conseille d’en faire un usage sinon quotidien, du moins assez fréquent...»

"Le Chlorumagène n'est autre que de l'hydroxyde de magnésium ou hydrate, contenant la molécule d'eau qui le rend prêt aux combinaisons chimiques; nous savons, d'autre part, que le suc gastrique contient de l'acide chlorhydrique. Que se passe-t-il lorsque le Chlorumagène est en contact du suc gastrique dans ce laboratoire mystérieux que l'on appelle l'estomac? En présence de l'acide chlorhydrique il forme du chlorure de magnésium avec élimination d'eau, comme l'indique, du reste, la formule ci-dessous:  Mg (OH)2 + 2HCL = MgCl2 +2H2O (Chlorumagène + Acide Chlorydrique = Chlorure de Magnésium + Eau)."

En 1957, dans la première édition de son célèbre livre "Tous les espoirs de guérir", Jean Palaiseul écrivait:

"Le Docteur Martin du Theil est mort depuis plus de dix ans. Les malades ont entendu son appel, puisqu’ils sont de plus en plus nombreux à avoir recours à ses remèdes. Mais les médecins sont restés sourds. Peut-on espérer que ce livre les fera changer d’attitude?"

Il est a préciser que l'oxyde de magnésium, notamment celui d'origine marine, qui est naturel, a le même effet de produire du chlorure de magnésium dans l'estomac.
Précisons aussi que, suite à un article de La nutrition.fr sur les différents sels de magnésium, il apparait que la forme qui est à la fois la mieux assimilée ET ne provoquant pas de diarrhée est le glycérophosphate de magnésium : que l'on retrouve, avec ses cofacteurs taurine et B6, dans le complément alimentaire D-stress du labo Synergia.
Encore mieux, un magnésium marin, 100% naturel et également complété en taurine et B6,  est maintenant disponible : Magnemar Force 3 .
   

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article